Une journée à la découverte des populations locales

Mardi 3 Novembre 2020

Nous avons bien dormi, au calme dans ce petit bungalow ! Ça fait du bien de retrouver des fenêtres avec des rideaux qui ne s’envolent pas !

On se prépare, je compte les sous et je les range dans le coffre.

Nora est là avec Nassor, on prend la route, direction un petit village.

Sur le chemin on s’arrête acheter des bonbons pour les enfants du village.

Il a beaucoup plu au petit matin, donc les routes d’accès au village sont gadoueuses !! 

Du coup on n’arrive pas à monter jusqu’au village, tant pis, on s’arrête en bas.

Tous les enfants arrivent en courant, car ils savent qu’on leur apporte des bonbons !

Nous faisons le tour du village, et on a même le droit de visiter une de leur maison. C’est très petit et ils vivent à beaucoup dedans. La cuisine est dehors, la « salle de bain » aussi.

Nous sommes restés une bonne heure dans le village, puis est venu le temps de partir. 

Sur la route on s’arrête goûter la canne à sucre, puis à une petite école maternelle.

Les enfants nous accueillent avec des chansons, puis on leur distribue des bonbons. On se met au milieu et tous les enfants arrivent.

On leur demande leur prénoms, et on partage ce moment fort avec eux.

Puis direction la fabrication des portes traditionnelles de Zanzibar ! 

On voit comment ils procèdent de A a Z, du dessins, au gravage en passant par le ponçage.

C’est vraiment très intéressant d’apprendre comment ces superbes portes sont faites.

On reprend la route et on passe par un autre village, où Lionel a commencé à travailler en tant que couvreur mdrrrr 

C’était rigolo de le voir faire ça, et ça a rameuté tout le village !!! 

Puis une énorme averse s’est mise à tomber, des minis torrents se sont formés sur le côté de la route. On s’est arrêté pour regarder les jeux de bao, un jeux typique, complexe, avec des billes (ne me demandez pas, je n’ai pas compris les règles).

On s’arrête manger chez l’habitant. Un super riz pilau traditionnel. C’était délicieux. Dommage que l’hote n’ait pas voulu manger avec nous. 

Après manger, Nora nous a accompagné à l’immigration, pour que l’on puisse refaire nos visas (oui souvenez vous, ils ne nous avaient donné que 2 semaines à cause des élections).

A l’entrée, le militaire n’a pas voulu laisser passer Lionel, car il était en short ! Bon ok, tant pis j’irai seule avec Nora. 

Une fois dedans, on va dans le bon bureau qui est occupé. On attend donc. Un militaire passe devant nous et nous parle. Il a l’air gentil et nous dit qu’il n’y en aura pas pour longtemps.

Moi je suis totalement stressée ! Tout ce qui concerne les formalités administratives, je n’aime pas ça, ça m’angoisse !

Donc là je ne suis pas bien.

On entre dans le bureau et une femme au regard très sévère nous demande les passeports. Et là elle nous dit « et les photocopies ? ».

Bah évidemment on n’en avait pas !

Elle nous explique où les faire, mais il faut ressortir du bâtiment et aller en ville… et mince !

En sortant du bureau on recroise le militaire sympa et on lui explique. Il accepte alors de nous faire les photocopies ! Ouf !!!!!

Du coup en 5 minutes on était à nouveau dans le bureau de la dame. 

Voilà, visas validés jusqu’au 23 décembre ! Comme ça, en cas de soucis on est tranquille ! Ouf ! Je peux décompresser !

On reprend la route direction la ferme aux épices ! Mais la pluie ne se calme pas, et Nora nous propose de décaler la visite, car avec ce temps c’est clairement compliqué de visiter les champs. On accepte, donc on rentre à l’hôtel ! Nora accepte également de nous prêter une grosse somme de dollars (pour payer le safari) pour nous dépanner. On doit juste lui faire un virement dans les jours à venir pour la rembourser, ça c’est vraiment adorable de sa part !

Une fois rentré, on décide d’aller au centre de plongée pour essayer les équipements. Car oui, demain et après demain, c’est plongée !!!!

On fait donc tout le nécessaire, et après on se pose sur la plage tranquillement, en sirotant un verre devant un petit coucher de soleil.

La vie sur la plage est animée, il y a énormément de locaux qui font du sport (foot, volet, fitness).

On finit par rentrer à l’hôtel pour dîner. Encore un bon repas.

C’est totalement lessivé que l’on rentre à la chambre, après cette grosse journée. 

Je sors les sous du coffre et on recompte pour savoir combien on doit retirer encore pour le safari. 

Et là… mauvaise surprise ! On nous a volé 200 dollars ! Et M**** !!!!!! On essaye de comprendre comment ça a pu arriver, vu que l’argent était dans le coffre… en cherchant un peu, on s’aperçoit qu’il peut également s’ouvrir à l’aide d’une clé. Et oui on peut l’ouvrir autrement qu’avec le code ! Voilà voilà, donc on s’est fait voler. C’est vraiment relou ! On aurait du se méfier encore, mais bon… voilà c’est fait.

Je suis super en colère…

On décide d’essayer de trouver la gérante de l’hôtel, qui s’était présentée à nous pendant le dîner. 

En vain… on verra demain.

On se couche assez chamboulé… 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.