Mandalay et ses alentours

Mandalay… petite introduction pour parler un peu de cette ville !

Nous n’avons pas spécialement apprécié et endroit, très pollué, beaucoup de monde, trop grande ville et après ce que l’on avait déjà fait dur d’apprecier.

Les gens étaient aussi bien trop sollicitant par rapport à ce que nous avions connu avant mais les alentours de la ville étaient sympa à découvrir !


Jour 1 – Dimanche 22 Décembre 2019

Réveil tardif encore aujourd’hui, vers 8h30 pour aller prendre le petit déjeuner à l’hôtel.

Il était bien meilleur que celui de l’hotel de Bagan.

Nous restons aujourd’hui en journée off pour nous reposer et travailler sur le blog, les photos, les vidéos, etc.

Le matin nous avons essayé de chercher un taxi pour les prochains jours, sans grand succès. Nous avons donc fini par envoyer un e-mail à toutes les compagnies repérées sur TripAdvisor.

Le midi nous sommes allés manger dans un restaurant indien très bon et pas cher, le Pan Cherry. Nous avons pris des boulettes de moutons pour changer, nous avons d’ailleurs eu de gros doutes car nous pensions qu’il s’agissait peut être des couilles de moutons, car sur le menu il était écrit un peu plus haut « tête de mouton, foie de mouton » et c’était écrit « mutton balls », et dans un pays comme ça on peut s’attendre à tout.

On a beaucoup ri et au final le serveur nous a apporté le plat pour qu’on puisse choisir correctement, ce qui était très gentil de sa part. Au final c’était très bon et nous nous sommes régalés.

Puis nous sommes revenus à la chambre pour travailler. Nous avions eu des retours par e-mail pour les excursions de la semaine et nous avons choisi notre prestataire. Nous avons réservé avec Ko Kyaw Taxi, apparement très bien réputé, malheureusement vu qu’il est très bon, il était déjà pris. Il nous a donc renvoyé vers son « frère », qui devait sûrement être un de ses amis, prénommé Thet Paing!

Nous avons travaillé tout l’après-midi, puis est venue l’heure du dîner.

Nous avons décidé d’aller manger au restaurant que nous avions repéré la veille, qui était noté dans le guide et sur TripAdvisor. Apparemment très bien noté, c’était le Shan Ma Ma.

Une fois arrivés nous nous sommes vite installés à une très grande table au bord de la route, on nous apporte les menus et tout à l’air très bon.

Je commande des ribs de porc et Lionel des noodles.

Dans un premier temps, on apporte mon plat, puis celui de Lio, malheureusement erreur sur son plat, on lui apporte du riz au lieu de nouilles. Quand on explique à la serveuse que ce n’est pas le bon plat, elle ne comprend pas et nous assure que ce sont bien des nouilles. Nous avons dû appeler la directrice qui parlait un peu anglais, et elle a tout de suite changé le plat.

Nous en avons profité pour redemander les boissons qui n’étaient toujours pas arrivées.

Au final le service est médiocre, le goût de la nourriture pas terrible, en plus pour un tarif assez moyennement raisonnable pour la qualité du restaurant.

Nous ne comprenons pas vraiment qu’il apparaisse dans le guide et sur TripAdvisor dans les meilleurs.

Nous rentrons ensuite à la chambre pour terminer notre travail et avant d’aller faire de beaux rêves.


Jour 2 – Lundi 23 Décembre 2019

Le réveil sonne à 8h car le départ était prévu à 9h, direction la cascade de Dee Dok (ou Dee Dote)

Petit déjeuner très copieux, préparation des affaires et c’est parti !

Nous rencontrons notre chauffeur, très souriant et aux petits soins, qui nous emmène directement au pied des cascades.

Nous avons mis environ 1h30 à arriver, il s’est garé en bas et nous a accompagné en haut, environ une demi-heure de grimpette. Heureusement que Lionel a insisté pour prendre les baskets, car moi je serais partie juste en tongs… j’aurais été au top !

Car ça grimpe bien et il y avait énormément de cailloux, c’était donc pas très praticables.

Nous arrivons en haut et nous découvrons ce merveilleux bassin, avec trois personnes uniquement, et ce paysage sublime.

À peine le temps de nous déshabiller et nous mettre en maillot de bain que nous étions déjà dans l’eau… elle est très fraîche mais ça fait du bien vu la chaleur et les efforts fournis juste avant.

Nous avons passé environ deux heures dans ce bassin, partagés entre prise de photos et détente en profitant de l’endroit.

A un moment, nous avons vu qu’il y avait une belle vue un peu plus bas. Lionel est allé voir et en effet c’était très joli. J’ai donc voulu y aller pour aller voir la vue, et évidemment pour faire des photos.

Le chemin pour y arriver était pas très accessible, il y avait des gros rochers, de l’eau qui coule (évidant dans une cascade) ce qui rend les rochers très glissants et dangereux. Et bien sûr, j’adore faire les choses différemment, je n’avais pas pris mes chaussures d’eau….

Oui parce que je les ai prises pour le voyage, mais c’est pour faire joli dans mon gros sac en fait.

Du coup ça n’a pas loupé, j’ai glissé sur un rocher, mon pied est tombé dans l’eau et un de mes orteils a tapé contre un autre rocher, et évidemment il s’est cassé.

Sur le moment j’ai eu mal mais je pensais juste que c’était le choc et que ça passerait… il n’est pas devenu tout de suite bleu, donc je ne me suis pas trop inquiétée, en même temps vu la fraîcheur de l’eau, ça a dû l’endormir.

On a pris encore quelques photos, et on a continué de profiter de l’endroit, avant de décider de repartir, car sur le chemin de la montée nous avions vu qu’il y en avait une seconde, un peu plus en contrebas, et le guide nous avait dit que nous pourrons y aller après

En le retrouvant il nous a proposé de déjeuner, ce que nous avons accepté. Nous avons tous les deux commandé des nouilles avec une bonne boisson pour se rafraîchir et Let’s go.

Sauf que sur le chemin de la descente je sentais que mon pied me faisait vraiment mal et qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas.

La douleur avait augmenté, ce n’était pas bon signe.

Arrivée à la seconde cascade, prise d’émotion car la vue était magnifique j’ai enlevé mes vêtements rapidement et paf dans l’eau tandis que Lionel lui a pris quelques photos d’en haut et avant de me rejoindre dans l’eau.

Nous nous sommes baignés et nous avons bien profité de cet instant, où nous étions vraiment peu nombreux encore une fois.

Mais une fois sortie de l’eau, j’ai regardé mon doigt de pied et je me suis rendue compte qu’il était énormément gonflé et tout violet, signe qu’il était certainement cassé.

Nous avons eu un peu de temps pour nous reposer, nous sécher et profiter de cette vue avant de repartir, direction le coucher de soleil.

C’était sans compter que je me rende compte au dernier moment que j’avais laissé mon gilet à la première cascade, ce qui a obligé Lionel à remonter en courant pour le récupérer. Le pauvre il est revenu tout fatigué. Si seulement j’avais toute ma tête.

Une fois de retour dans la voiture, direction le U-Bein Bridge.

Une fois arrivés sur place, c’est la douche froide, je dirais même glaciale.

On nous avait dit qu’il y avait du monde, mais entre ce que l’on nous dit et ce que l’on constate, il y a parfois des différences. « Avoir du monde » est un très faible mot, l’endroit était envahi de bus gigantesques et de minivans…

C’était donc noir de monde, un peu comme un jour de grève à la SNCF si vous voyez le dessin.

Le pont était complètement inaccessible avec le nombre de personnes qu’il y avait dessus, malgré la longueur, ils étaient tous regroupés au début.

De toute manière nous voulions voir le coucher de soleil depuis le bas, en ayant une vue sur le pont. Nous avons cherché un endroit où nous placer, et même problème, du monde partout partout partout. Sans compter le nombre incalculable de déchets jetés partout par terre… un endroit tellement sale, je vous promets que vous n’avez pas envie de rester longtemps ici.

Nous avons fait quelques photos, histoire de dire, mais nous n’avons vraiment pas apprécié ce moment, car après être allés à Bagan, on ne peut pas apprécier ce spectacle.

C’est très déçus que nous retournons au taxi pour rentrer à la ville.

Nous avons demandé à notre chauffeur s’il connaissait un bon restaurant vers notre hôtel, et il nous a parlé des fameux barbecues qu’il y a partout dans cette ville.

Nous avons donc demandé à ce qu’il nous dépose dans celui qu’il nous recommande.

Nous avons atterrit au Heros BBQ.

Le concept est simple, vous choisissez des brochettes dans un frigo, on vous les fait griller au barbecue et on vous les apporte.

Nous en avons testé pleins, des très bonnes comme des très mauvaises, mais c’était très rigolo comme jeu.

Nous nous sommes régalés, par compte c’était très très épicé et nous sommes repartis la bouche en feu.

Nous pensions que ce genre de restaurant était très abordable, et que c’était certainement l’un des moins cher… sauf que la note a été un peu salée, environ 25 000K pour deux pour le repas, dans un barbecue, ça fait très cher vu la taille des brochettes.

Mais bon après on a passé un bon moment, c’était agréable, donc ce n’est pas très grave.

Nous sommes revenus à l’hôtel, je me suis endormie et Lionel a travaillé un petit peu sur les photos.


Jour 3 – Mardi 24 décembre 2019

Debout à 7h pour petit déjeuner et se préparer, ce matin le départ est plus tôt que la veille, il est à 8h.

Direction les collines de Sagaing, Mingun et ses temples, en finissant avec le parc d’Inwa.

Nous avons mis environ une heure avant d’arriver au premier arrêt, une université bouddhiste, la Sitagu Buddhist Academy. C’était vraiment très joli et totalement différent de ce que l’on a vu jusque-là, il y avait des tableaux tout autour, représentant des photos de temples bouddhistes prises dans d’autres pays, et j’ai pu m’amuser à me dire celui-là « je l’ai fait », celui-ci « je ne l’ai pas encore fait », c’était assez marrant.

Et puis nous repartons dans une sorte de monastère, pour aller récupérer les clés d’une cave, car il était encore très tôt, un peu trop d’ailleurs car le monastère n’était pas encore ouvert. Pour nous faire patienter, le chauffeur nous emmène dans une école de moine un petit peu plus loin.

Pas de chance encore, nous ne pouvons pas les voir étudier car ce sont les vacances, ils sont donc simplement en train de jouer dans la cour, sans surveillance lol

Après quelques minutes nous sommes retournés au monastère pour chercher les clés, mais le chauffeur n’a pas pu les récupérer. On est donc allé directement à la cave, où nous avons patienter quelques instants qu’une dame nous apporte les clés.

Elle nous ouvre et nous sommes les premiers à rentrer dans ce magnifique endroit.

Vu que nous n’avions pas forcément préparé nos visites, nous ne savions pas ce que c’était, nous pensions à ce moment-là qu’il s’agissait d’un temple privé, que nous pouvons le visiter grâce à notre guide… alors que pas du tout, c’est un endroit qui est plutôt pas mal visité, la chance que nous avons eu c’est que nous étions les premiers à le visiter, et donc nous étions totalement seuls dans ce lieu magnifique.

À l’intérieur, les peintures sont magnifiquement bien conservées et c’était un bonheur de pouvoir voir autant de choses sur les murs. C’est d’ailleurs la première fois que nous en voyons autant et avec autant de détails, c’était impressionnant.

Il s’agit de Tilawkaguru Cave. Et on a remarqué après que c’était recommandé par le guide.

Un moment que nous avons énormément apprécié.

Après ça direction la montagne, avec un premier temple perché tout en haut, avec une vue qui surplombe toute la vallée et la rivière. En soit, présenté comme ça, ça fait rêver, on se dit « c’est magnifique, c’est génial, tout va bien », mais dans la réalité, ce joli point de vue est totalement gâché par un énorme nuage de pollution… a tel point que nous n’arrivons pas à voir très loin, malgré le beau temps qu’affichait la journée, et nous distinguons à peine les petites pagode au sommet des montagnes.

Nous sommes donc un peu désemparés car nous avions bien remarqué que c’était plus pollué que les autres villes, mais on ne s’imaginait pas à ce point, et avec la hauteur c’est flagrant.

On a quand même pris quelques photos pour vous montrer l’ampleur des dégâts et je pense que vous serez du même avis que nous, c’est tellement dommage.

Nous partons pour le second temple, toujours au-dessus de la montagne et là c’est un temple un peu plus connu que l’on trouve en général dans les prospectus de pub : U Min Thonze Temple.

Un endroit magnifique, avec un mur super bien décoré, et à l’intérieur des enchaînements de Bouddhas dorés, avec un carrelage jaune, rouge, bleu, très joli.

Nous avons évidemment fait quelques photos.

Nous reprenons la voiture direction Mingun, à l’entrée de la ville vous devez vous acquitter de 10 000K par personne pour les droits d’entrée.

Parce qu’autour de Mandalay il faut savoir que tout est quasiment payant.

Nous commençons d’abord par visiter le temple blanc (Hsinbyume Pagoda), qui est recommandée dans le guide, mais qui est surtout très populaire sur Instagram.

Une fois arrivés sur place, on peut le constater, beaucoup de gens se prennent en photo avec ce magnifique temple blanc, en montant sur les vagues qui correspondent aux rambardes du temple.

Évidemment je ne peux pas m’empêcher de faire le mouton et de faire moi aussi cette belle photo que l’on voit sur Instagram, au grand dam de Lionel.

Malgré le monde présent,nous avons trouvé la visite plutôt agréable.

Le chauffeur nous a ensuite conduit au restaurant The Garden Café qui donnait sur le fleuve Irrawaddy.

Un super petit jardin ombragé, très frais, loin de la chaleur des temples, et en plus un repas divinement bon.

J’ai pris une brochette de bœuf, maïs, oignons accompagnée de frites et Lionel a pris du riz frit.

En dessert nous avons pris une crêpe banane chocolat, c’était vraiment trop bon.

En plus le prix était raisonnable vu la qualité du repas.

C’est reparti pour les visites, direction les autres points d’intérêt de Mingun. La pagode inachevée (Pathodawgyi Pagoda) et l’énorme cloche (on peut se glisser en dessous pour voir l’intérieur).

Sauf qu’en remontant du restaurant nous sommes tombés sur un convoi de procession.

En fait tous les villages aux alentours se regroupent et vont en direction de différents temples pour faire des offrandes à Buddha.

C’est magnifique à voir, tout le monde est habillé en tenue de cérémonie traditionnelle, apprêté, maquillé et coiffé. Les animaux aussi sont mis en avant, il y avait des éléphants, des chevaux mais aussi les bœufs qui tirent les charrettes, tout le monde était décoré pour l’occasion, c’était vraiment phénoménal !

Nous avons malheureusement eu que quelques minutes pour voir la cloche et la pagode inachevé car à cause de la procession nous avons pris beaucoup de retard.

À vrai dire ce n’était pas très grave, car la cloche il y avait beaucoup de monde autour et ce n’était pas forcément très fou, et la pagode inachevée, en effet elle est immense, énorme, mais elle est assez moche… donc on a fait le tour très rapidement et nous sommes vite remontés dans le taxi.

Nous devions aller à Inwa (ou Ava).

Ayant pris du retard, on sentait que le planning était très serré, notre chauffeur nous a déposé une première fois après une heure de route dans un monastère.

À ce moment-là nous devons payer les droits d’entrée aux anciens monuments, un petit peu comme à Bagan, et cela coûte 10 000K par personne et c’est valable cinq jours.

Ce monastère était plutôt joli, mais par grand malheur j’ai eu la bonne idée de me recogner le doigt de pied, oui parce qu’ici on marche encore pieds nus, sauf que quand vous vous êtes cassé un doigt de pied, ce n’est pas forcément le mieux… et en montant les escaliers, je l’ai cogné et ça m’a fait une douleur à en pleurer.

On m’avait donc perdue, et Lionel a un peu visité tout seul.

Nous sommes remontés dans le taxi, direction un autre arrêt où le chauffeur nous a dit que nous avions peu de temps pour voir le site, nous avons regardé par la fenêtre et vu le monde, nous lui avons donc dit que ça ne valait pas la peine de s’arrêter… c’était sans savoir que c’était le coup de cœur du guide et une des plus belles choses à voir sur place.

Il nous avait dit que nous irions voir le coucher du soleil à un endroit beaucoup moins touristique, nous avons donc donné notre accord et nous sommes allés là-bas. Il fallait monter sur une pagode par les escaliers, et en effet la vue était plutôt jolie, malheureusement cers l’Ouest il y avait des arbres, nous n’avons donc pas pu voir le coucher du soleil jusqu’à la fin. De toute façon ce n’était pas le coucher de soleil le plus dingue que nous avons vu.

Il y avait aussi une mariée Birmane qui faisait ses photos de mariages ici, sa robe était superbe.

Sur le chemin du retour nous nous sommes arrêtés à un endroit que nous avions repéré en arrivant, sauf que la luminosité était beaucoup moins importante, du coup nous lui avons dit que ça ne servait à rien de s’arrêter.

Nous étions un petit peu déçu car nous n’avons pas forcément profité de cet endroit qui avait l’air sublime, dans la voiture nous avons donc décidé d’y retourner plus tard dans la semaine, car nous avions une journée en rab.

Le soir nous avons demandé à notre chauffeur de nous amener à un autre restaurant qu’il pensait très bien, et il nous a emmené au Super 81.

C’était le réveillon et nous avions envie d’un super bon repas pour fêter ça.

On s’installe, on ouvre la carte, et là je trouve plein de choses qui me plaisent, dont les beignets de crevettes fries.

À côté de nous se trouvaient des locaux, qui apparemment étaient en fin de repas, et qui ne faisaient que cracher dans la poubelle leur espèce de salive rouge, qu’ils obtiennent après avoir mâché des feuilles, mais nous ne savons toujours pas vraiment ce que c’est.

Enfin bon, ça commençait vraiment à nous écœurer, nous avons donc changé de place.

Nous commandons, Lionel prends du poisson frit et moi les fameux beignets de crevettes tant attendus, nous attendons avec impatience notre repas.

Le plat arrive et nous commençons à déguster, quand je m’aperçois que mon plat n’est pas forcément celui que je crois. En effet dans les beignets de crevettes fries, en théorie vous n’avez que la crevette décortiquée qui est trempée dans de la panure avant d’être frit. Mais en commençant à manger la deuxième, je m’aperçois qu’il y a des pattes qui dépassent… j’enlève la panure et là je me rends compte qu’en fait la crevette n’a pas été décortiquée, ils ont juste pris la crevette en entier, il y a donc encore le thorax et les pattes.

J’appelle donc le serveur et lui demande si c’est normal, il récupère le morceau de crevette, il va à la cuisine et revient en me disant « oui tout va bien, vous pouvez manger ». Je lui explique que dans le pays d’où je viens on ne mange pas les pattes, ni le thorax de la crevette, enfin là en l’occurrence c’était plus une langouste, mais bon j’essaye de lui expliquer, il ne comprend pas… là je me dis bingo, je vais devoir tout analyser et tout décortiquer à la main.

Je vous laisse donc imaginer mon repas de réveillon, les mains dans la panure à essayer de trouver le peu de morceaux que je pouvais manger avec un dégoût énorme pour ce que j’avais dans mon assiette. Heureusement pour Lionel, son plat avait l’air plutôt correct, quand bien même la queue et la tête du poisson étaient également frits, au cas où il aurait envie de les manger.

Enfin bon, quel désastre ! Nous avons quand même mangé ce qu’il y avait à manger, nous avons payé et nous sommes partis. Nous ne voulions pas rester plus longtemps dans ce restaurant qui était aussi très bien noté sur Trip Advisor et les guides, encore une déception pour nous.

En descendant nous avons vu un tuctuc et nous lui avons demandé le prix.

Notre chauffeur nous avait dit que le tarif était de 2 000K, du coup nous n’avons pas voulu payer plus cher, car le chauffeur demandait 3 000K, et il ne voulait pas baisser son prix. Nous sommes donc repartis à pied, et quelques mètres plus loin nous avons arrêté un taxi en route et nous avons réussi à négocier notre tarif pour rentrer à l’hôtel.

Dans ce pays la négociation n’est pas monnaie courante, mais vous pouvez toujours essayer pour les transports en taxi ou en tuctuc.

De retour à la chambre, comme d’habitude je m’écroule, et Lionel se met à travailler sur les photos pour ne pas prendre de retard.


Jour 4 – Mercredi 25 décembre 2019

Joyeux Noël à tous c’est un jour spécial aujourd’hui, enfin pour tous les occidentaux.

Lever un peu plus tardif (vers 8h), toujours pour prendre le petit déjeuner et filer découvrir la ville de Mandalay.

Notre chauffeur nous explique qu’aujourd’hui c’est un jour férié, ils appellent ça un jour de vacances, mais il y en a qu’un seul, le 25.

Nous lui demandons pour quelle raison c’est un jour férié, et il nous répond que c’est un jour de solidarité envers les chrétiens. Ils ont un jour férié pour chaque fête de toutes les autres religions, une pour la fête des juifs, une pour la fête des indiens, une pour la fête des musulmans, et une pour leur fête évidemment. Nous trouvons que c’est vraiment un beau geste de leur part de pouvoir offrir à chaque culture un jour férié dédié.

Nous nous arrêtons en premier dans un monastère où il n’y a absolument personne, il avait l’air très ancien, il était vraiment très joli à visiter.

Le second arrêt se fait au marché de jade, où il y a beaucoup de personnes qui vendent la pierre brute. Le chauffeur nous avait dit de ne pas acheter là, car nous ne connaissions pas la qualité, si nous étions intéressés il pourrait nous emmener ailleurs, malheureusement nous n’avons pas de place dans nos affaires pour acheter de nouveaux objets.

Nous nous baladons dans les petites ruelles et nous observons les gens faire. Nous remarquons que plusieurs d’entre eux ont des lampes torches avec eux, et ils la posent à chaque fois sur la pierre qu’ils ont repérée.

On se demande bien à quoi cela peut servir… est-ce pour savoir si c’est de la vraie pierre, pour tester la qualité… enfin bon on se pose plein de questions.

On finit par croiser un conducteur de tuctuc assez sympathique et qui parle anglais, Lionel en profite donc pour lui poser des questions, on apprend que les torches servent à voir combien de jade pure il y a dans le morceau de pierre, mais elles servent également à évaluer la valeur du morceau en fonction de la transparence du produit, c’était assez intéressant d’en apprendre un peu plus sur ces vendeurs de jade.

Puis nous avons pris la direction de l’endroit le plus connu de Mandalay, et même de Birmanie, le temple Mahamuni, avec l’énorme Bouddha en or.

Nous avons déjà du mal à arriver jusqu’au parking car il y avait énormément de bouchons, des bus, des voitures et des scooters de partout, c’était l’enfer.

Le chauffeur décide de nous laisser là, en nous disant qu’il serait dans les parages pour le retour, il nous laisse quand même son numéro de téléphone pour qu’on puisse l’appeler si on ne le retrouvait pas.

Nous accédons donc à l’entrée du temple à pied et nous découvrons qu’il faut payer à nouveau, ce temple n’est pas inclu dans le billet acheté la veille. Le prix est de 5 000K par personne.

Notre chauffeur nous avait prévenu qu’il risquait d’y avoir plus de monde que d’habitude puisque c’est un jour férié, donc beaucoup de birmans se rendent au temple pour prier et donner des offrandes.

En effet le temple était complètement blindé, c’était désespérant.

Nous avons fait quelques pas dans le temple, quand une responsable de la sécurité s’approche de moi, pointant mes pieds du doigt en me parlant dans sa langue.

Elle me prend par le bras et m’emmène, je pense alors qu’elle a remarqué que mon doigt de pied est blessé et qu’elle veut m’emmener à un endroit un peu plus sur, où il y a moins de monde. Nous la suivons et là, on arrive au niveau de l’entrée et elle demande à ses collègues de me passer une jupe, en fait elle trouvait que j’étais habillée trop court, alors que j’avais un pantacourt… nous avons croisé plein de gens en pantacourt à qui cette même femme n’a rien dit. Premier échec.

Nous essayons ensuite d’aller voir ce fameux Bouddha doré, et là nouvelle douche glaciale. Et oui on apprend que ce magnifique Bouddha est dans une toute petite salle carrée et que seuls les hommes ont le droit d’entrer à l’intérieur. Lionel essaye donc d’y aller, il se fait recaler par le garde à l’entrée, on ne sait pas forcément pourquoi. Au final nous n’avons pu voir uniquement le Bouddha doré de très loin et pas forcément très bien.

Pour combler votre chagrin, ils ont installé à l’entrée de cette petite salle une télévision, sur laquelle on voit les images en direct de l’intérieur de la salle avec le fameux Bouddha… Ils pensent que ça va vous consoler, alors qu’en fait pas du tout, vous venez juste de payer 5 000K par personne pour voir une vidéo à l’extérieur… on va dire qu’il n’y a rien de plus énervant que ce genre de choses, c’est un temple que l’on vous vend absolument partout, vous voyez cette image partout, et vous vous rendez compte que vous ne pouvait pas y accéder… donc vous faites le déplacement, vous payez, pour voir la même chose que ce que vous voyez depuis le début dans ce pays… une image du Bouddha. Donc je vous laisse imaginer dans quel état d’énervement je me trouvais à ce moment.

Deuxième déception.

Nous faisons donc le tour de ce temple où il n’y avait plus grand chose à voir à part une statue par-ci, une cloche par-là et puis c’est tout.

Je vous avoue qu’à ce moment-là nous sommes dépités.

Nous décidons de retourner à la voiture et retrouver notre chauffeur très rapidement.

Le prochain arrêt se fait dans une ruelle où il y a énormément de boutiques et de fabrique de marbre. En effet il récupère la roche, ensuite il la sculpte pour en faire des Bouddhas magnifiques et ensuite ils les revendent pour qu’ils soient placés dans les temples, il s’agit vraiment d’un gros business.

C’est quand même impressionnant de voir l’état brut, et puis le produit fini, en plus nous avons pu les voir travailler.

Nous sommes nous nous sommes arrêtés de nouveau un petit peu plus loin, cette fois-ci dans une fabrique de bois et de marionnettes. Leurs sculptures sont vraiment très belles, avec beaucoup de détails. Malheureusement nous n’avons pas pu les voir travailler car ils étaient en pause déjeuner, et oui il était midi.

Nous sommes donc partis manger et le chauffeur nous demande ce que l’on souhaite manger, plutôt européen ou chinois, vue l’expérience du réveillon nous avons choisis européen.

Bon je pense que les birmans n’ont pas vraiment d’idée de la géographie, car on a fini dans un restaurant américain… peut-être que pour eux l’Europe et l’Amérique c’est la même chose.

Le Steak @ Headquarters, un super restaurant, vraiment très bon, avec des frites magnifiques et de la viande vraiment savoureuse, je le conseille.

Les prix sont corrects et le service est très bien.

Nous avons eu le ventre bien rempli.

C’est reparti à nouveau, cette fois direction le grand palais, enfin la reconstitution du grand palais.

Mais d’abord un arrêt à la fabrique de feuille d’or où nous apprenons comment sont fabriqués les feuilles d’or pour orner les bouddha des temples. Très intéressant mais comme toujours avec une boutique à la fin …

Puis direction le palais !

Nous apprenons sur place qu’en fait il a été détruit dans les années 90 puis reconstruit à l’identique, seulement ils n’ont reconstruit que les murs, il n’y a absolument plus rien à voir à l’intérieur, nous avons donc accès à l’enceinte, avec uniquement des maisons vides, sans explication, sans rien. Normalement à l’extrémité ouest il y avait un musée avec encore quelque chose à voir, mais celui-ci était fermé… pas de chance.

Lionel a grimpé en haut de la tour pour voir la vue, qui n’était pas forcément super chouette, c’est encore une grande déception pour nous.

On s’attendait à voir un palais comme celui de Thaïlande, ou alors un peu comme le château de Versailles, quelque chose qui a été conservé pour se rendre compte du mode de vie et des meubles que pouvaient utiliser les anciens rois, mais il n’y avait absolument plus rien à voir, c’est vraiment dommage.

Alors oui les maisons étaient jolies, le décor était plutôt chouette, mais il n’avait rien d’autres à voir que ça.

Du coup on repart pour la suite des visites.

Le chauffeur nous emmène au niveau de deux monastères.

Le premier connu, le Shwenandaw Monastery, et le second inconnu au bataillon, et sans trop d’intérêt.

Il y avait de nouveau énormément de monde au premier monastère, mais après quelques minutes nous avons réussi à être un petit peu seul.

La fatigue commence à se faire sentir, mais il reste encore deux arrêts. Au premier il y avait deux temples à voir (on ne sait pas leurs noms), très jolis, mais on a dû aller assez vite car nous étions encore à labour.

Et le second et dernier endroit à voir : Mandalay Hill. Le fameux endroit où on peut voir le coucher du soleil, on nous avait prévenu qu’il y avait beaucoup de monde, nous sommes donc allés assez tôt pour avoir de la place.

En effet on monte une montagne, le chauffeur nous dépose, on peut monter soit par ascenseur soit par escalator, nous prenons évidemment les escalators, c’était un petit peu difficile pour moi car ça monter très haut, et dans le vide… mais j’ai réussi à le passer.

Une fois en haut on découvre une sorte de temple, cette fois-ci en mosaïque brillante, et une vue à 360° sur toute la ville de Mandalay.

Mais encore une fois une belle vue gâchée par toute la pollution de la ville.

On s’installe, évidemment on a réussi à avoir des super places, et puis on attend et on regarde le coucher du soleil, tout doucement gâchée par cette couche de pollution, enfin je vous laisse constater par vous-mêmes.

Ce n’était vraiment pas un des paysages les plus beaux que l’on ait vu, encore une fois une déception.

Nous n’avons même pas attendu la fin du coucher de soleil, nous sommes directement partis pour éviter la cohue, car oui en attendant, beaucoup beaucoup beaucoup de monde était arrivé et s’agglutinait pour voir le coucher du soleil.

Heureusement, car grâce à ça nous avons retrouvé facilement notre chauffeur et nous sommes partis assez rapidement de là.

Le chauffeur nous a déposé à un autre restaurant très connu, le Mingalabar, le restaurant numéro un sur TripAdvisor et sur le guide, cette fois-ci on espère que c’est réel.

Heureusement pour nous c’était un super restaurant, nous avons tous les deux pris du poulet curry qui était un des best seller, nous avons pris des jus pour l’apéro et nous avons pris à boire pour accompagner notre plat, et on a même eu le droit à un petit dessert, c’était vraiment vraiment bon et très agréable, enfin nous avons passé un bon Noël.

Après le restaurant, retour à l’hôtel pour travailler un petit peu et se coucher pas trop tard car le lendemain on se lève très très tôt.


Jour 5 – Jeudi 26 Décembre 2019

Aujourd’hui réveil très matinal, 4h45 debout pour aller voir le lever du soleil au pont U-Bein, en espérant qu’il n’y ait pas trop de monde, comme pour le coucher de soleil.

À peine réveillés, nous descendons, notre chauffeur nous attend et c’est parti.

Nous arrivons relativement tôt, ce qui nous permet d’aller repérer un bon emplacement afin de prendre les plus belles photos.

On finit par trouver un super endroit, on pose le matériel, on prépare tout, on fait quelques tests, et là… quel bonheur un bus de chinois vient juste d’arriver, et devinez quoi, les chinois viennent se mettre juste à côté de nous… mais vous savez, pas à côté en mode on est tranquille, on ne bouge pas, enfin chacun sa place… non ce serait trop facile, non à côté de vous avec les lumières dans la figure, les lumières partout qui gigotent, donc on ne peut plus prendre aucune photo, sans parler du bruit qui va avec et du respect qui est inexistant…

D’autres personnes du bus qui étaient avec eux sont allés voir sur la petite île qui était en face de nous, malheureusement pour nous, car les deux chinois qui étaient à côté de nous on finit par aller sur cette île, et bien évidemment ils étaient pile dans le champ de vision de notre appareil.

Évidemment à aucun moment ils ne se sont posés la question de savoir si ils dérangeaient ou non.

Nous avons donc été contraints de partir et de trouver une autre place. Nous avons réussi à nous faufiler à travers le reste du groupe déjà installé et prêt à prendre des photos, malheureusement le bruit était vraiment insoutenable et la tête commençait déjà à gonfler.

C’était un joli spectacle au niveau des couleurs, la pollution ne gâchait pas trop le paysage, mais bon le bruit n’était pas de tout repos.

À un moment il y a deux locaux qui sont arrivés sur leur petite barque jetant un filet de pêche dans l’eau, tout le monde s’est empressé de les prendre en photo, jusqu’à ce qu’on comprenne que c’était un coup monté, le guide du bus de chinois avait certainement dû payer le pêcheur pour faire le show et offrir de belles photos à son groupe.

Nous avons quand même pris quelques photos, car c’est vrai que le rendu était pas mal, jusqu’au moment où le pêcheur nous a regardé en nous disant qu’il fallait payer, ce que j’ai refusé catégoriquement, et nous sommes partis.

Oui ici c’est un peu le jeu, des locaux font naturellement des show, tu penses que c’est trop cool, que c’est trop beau, etc. donc tu profites, tu prends plein de photos, et après ils viennent te demander de l’argent… et là tu te dis quelle arnaque ! Ce n’est pas forcément partout en Birmanie, c’est surtout au lac Inle et à Mandalay.

L’édroit était malheureusement toujours aussi sale … À mon plus grand désespoir.

Du coup nous sommes repartis vers la voiture, lorsque Lionel s’est dit qu’il allait aller faire quelques photos depuis le pont, photos qui sont très réussies.

Je l’ai attendu en bas et en attendant je prenais les tournesols en photo.

Et puis direction le palais de Jade. Un sublime temple fais uniquement à partir de jade. Il est très grand et vraiment très joli, les détails et les ornements de ce temple sont superbes, nous sommes très contents de l’avoir trouvé sur Internet et d’y être allés.

Après le tour du temple nous sommes repartis direction Inwa, car le mardi nous n’avions pas eu le temps de tout faire là-bas, et nous étions un petit peu frustrés.

Du coup nous sommes arrivés et nous avons fait les temples que nous n’avions pas vu le mardi, nous avons réussi à échapper à peu près au bus de touristes, excepté à un endroit où nous avons été pas mal dérangés, mais bon que voulez-vous, c’est la zone qui le veut.

Cet endroit est très joli et très agréable, c’est bien la campagne et ça rappelle ce qu’on a pu voir à Bagan, Kalaw ou encore Hpa-An.

Nous avons vraiment apprécié ces visites.

Nous avons demandé à notre chauffeur de nous emmener au restaurant, ce qu’il a fait, et le resto était pas mal, j’ai pris des vermicelles et Lionel a testé le crispy noodle.

En fait c’est exactement la même chose que les chips que l’on mange depuis le début qu’on est ici, avec une sorte de soupe à côté.

C’était pas mal mais ce n’était pas le plat du siècle.

Après ça retour à l’hôtel pour travailler un peu sur le blog et se reposer, car nous commençons à être vraiment fatigués.

Nous disons aurevoir à notre chauffeur Paing, qui n’allait plus très bien et nous a annoncé qu’il irait à l’hopital rapidement pour sa jambe (savoir ce qu’il avait).

Le soir nous prenons un taxi pour rejoindre une de mes amis pour aller dîner avec elle.


Jour 6 – Vendredi 27 Décembre 2019

Reveil un peu plus tardif, pour bosser un peu.

Le midi retour au Mingalabar où nous avons repris un curry mais au porc cette fois ! Toujours un délice. Lionel a voulu tester le dessert local favori, le Falooda ! Aucunes idées de ce qu’il y avait dedans mais ce n’etait pas terrible mdr.

En suite retour à l’hotel finir les sacs et prendre le taxi pour l’aeroport direction la Thaïlande car oui c’etait notre dernier jour au Myanmar !

One thought on “Mandalay et ses alentours

  1. degournay Caroline

    Coucou

    Beaucoup de temples a visiter, la plupart bien entretenus, , évidemment la société de consommation est bien présente avec ses effets directs sur l’environnement.
    Il faudra très bientôt se pencher sur notre mode de vie afin que la nature repousse.
    Je ne sais pas si tu passes par l’Indonésie, car la bas ce sont les forets dont les arbres sont coupés pour les remplacer par les palmiers pour l’huile de coprah. Les singes meurent a cause de nous et les survivants sont récupérés dans des centres de réadaptation.
    L’être humain ne pense qu’a son confort du moment; il s’en mordra les doigts.Je ne veux pas vous plomber l’ambiance et vous souhaite de continuer votre voyage de découvertes, nb: j’espère que ton doigt de pieds va mieux, a bientôt. Caroline

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *