Vientiane, la capitale oubliée

Samedi 11 Janvier 2020

On se réveille vers 7h30, le transfert est prévu à 8h30. 

On finit les sacs puis on petit déjeune.

On fait le check-out et on attend le minivan.

On attend pas mal de temps et on se dit que ça sent le roussit, car c’est qu’on est les derniers à être récupérés, et vu qu’il n’y a pas de place attitrée, on risque de finir au fond du minivan.

Au final quand il est arrivé à 8h50, il n’y avait personne dedans. Nous avons pu nous mettre tranquillement à l’avant, on avait trois places pour nous. 

On était peu nombreux dans le van, ça changeait de l’autre trajet. 

Le conducteur roulait vraiment très mal, mais j’étais allongée et j’ai bien dormis. 

J’ai fini par demander une pause pipi. On s’est arrêté et on en a profité pour manger, les prix n’étaient pas chers, et au final c’était bon. Ça nous évitait aussi de chercher un endroit où manger une fois arrivés.

A un moment le minivan s’arrête et le chauffeur nous dit de descendre, que c’est la fin du trajet. 

Il y a plusieurs minivan sur par jour et certains vont jusqu’au centre tandis que d’autres s’arrêtent à la station de bus, qui est très loin du centre, et ça vous oblige à payer un tuctuc. 

Nous avions donc choisi cet horaire car le minivan allait au centre. 

Mais là, stupeur, on était à la gare de bus. Des locaux viennent et crient à la volée « tuuuuc tuuuuuc » 

Je demande si c’est gratuit sans descendre du van, et ils répondent non bien évidemment. 

Alors là j’enfile mes gants de boxe et c’est parti ! Je suis remontée à bloc et je peste qu’on a tous payé pour le centre, donc on ne sortira pas du van tant qu’on ne sera pas au centre. Tout le monde opte pour la même stratégie, donc personne ne sort du van. 

Le chauffeur qui a clairement voulu nous prendre pour des billes est prit au piège.

Ses copains se moquent de lui, et après quelques minutes à voir que nous n’en démordons pas, il remonte très énervé dans le van.

Et là… youhou, c’est parti en mode Schumacher ! Le chauffeur, très remonté, roule comme un taré ! On a énervé la bête ! Youpi !

Au final en quelques minutes nous sommes au centre. Il ouvre brutalement la porte et sans rien dire nous comprenons que nous sommes enfin arrivés ! Ah la la, sacrés laotiens avec la « mafia » des tuctuc bien rodée ! 

Mais nous ne nous sommes pas faits avoir ! 

Une fois nos affaires récupérées, nous sommes allés à notre hôtel, le Central Vienna hôtel, très étrange mais confortable avec une super literie. Seul bémol, nous sommes au sixième sans ascenseur, donc mieux vaut ne rien oublier. La deco est européenne on a bien rigolé.

On pose nos affaires et on va directement à l’institut de beauté Dhalia, que j’avais repéré pour mon épilation. On va voir et ça a l’air très correct, donc c’est parti pour faire peau neuve. En attendant Lio va voir les prix des billets de bus et faire du repérage pour les vélos. 

Une heure et demie après (oui, elles sont lentes et minutieuse, mais c’est très bien fait) on retourne à la chambre se reposer et travailler.

Le soir nous allons manger au marché de nuit pour économiser au plus.

On a vraiment bien mangé et pour rien du tout . C’était bon, copieux et donné !

J’ai prit du poulet frit avec des frites, Lio des nouilles et des brochettes, on s’est aussi régalé avec des nems.

Nous rentrons assez tôt nous coucher.


Dimanche 12 janvier 2020

Réveil difficile… je commence à accuser le coup en termes de fatigue, du coup ça commence à être dur de se lever.

Il est 8h, mais ça pique… 

On se prépare et on va dans la rue d’à côté pour louer des vélos (chez PVO Hostel), seulement 10 000 LAK par personne.

On part direction le Pha That Luang, le temple le plus connu et le plus sacré pour tous les laotiens.

Sur le retour on s’est arrêté au Patuxai (l’arc de triomphe laotien). Lionel est monté tandis que j’attendais en bas.

Nous nous sommes ensuite arrêtés à l’agence Green Discovery pour réserver le bus pour Thakhek, avant d’aller manger au Noy’s Fruit Haven qui se trouvait juste à côté. Il est recommandé par le guide et c’était très bon ! Même si c’était un peu cher.

Nous avons repris les visites avec :

Vat Si Saket, un temple/musée très joli

Vat Phra Keo, sans grand intérêt, heureusement nous avons esquivé le passage à la caisse, car les nanas n’en avaient rien à faire :

Le palais présidentiel :

Vat Ong Teu Mahawihan, superbe temple gratuit, avec un très grand bouddha,

Vat Haisok, très joli temple également, et très peu fréquenté.

Pour finir la journée, on est allé prendre un verre Chokdee Café, un café belge avec une décoration à base de Tintin, mais il est très cher…

Lorsque l’on prenait un verre, nous nous sommes aperçus que nous avions loupé le bouddha couché du Pha That Luang en regardant sur le net… Comment a-t-on pu vue sa taille ?

Nous avons donc décidé de refaire les 10 km aller-retour pour le voir. 

Nous avons bien fait car il est très grand et il n’y avait personne.

Nous allons rendre les vélos, passage au magasin pour s’acheter des gâteaux, car pas de repas le lendemain dans le bus (vip bus sans arrêt jusqu’à Thakhek).

Nous remontons à la chambre nous reposer. 

Puis de bonne heure nous rejoignons nos amis Maxime et Lorène pour voir le coucher du soleil, un soda à la main. 

On discute beaucoup, et ensuite direction le night market pour manger. 

Je reprend le poulet/frites, avec en supplément des croquettes de patate/poulet super bonnes. 

Lio prend comme Max et Lorène, un sandwich local avec du pâté, du poulet, des légumes et surtout une sauce très épicée. On mange à la bonne franquette et c’est très chouette.

Après ça nous avons prit la direction du bowling qui était recommandé. 

Sur le chemin on s’arrête à un hôtel pour que Max et Lorène réservent leur bus. Pendant ce temps la Lio discute moto avec un français qui se trouvait à l’entrée de l’hôtel.

Leurs billets en main, nous sommes repartis en direction du bowling, mais manque de bol les pistes étaient fermées… zut ! Du coup on a fait un billard dans la salle juste à côté. On s’est trop amusé, et les filles ont gagné à plusieurs reprises, c’était trop drôle !

Puis vient l’heure de dire au revoir à nos amis, car nos chemins se séparent… dommage. 

Petit pincement au cœur, mais on sait qu’on les reverra. C’était vraiment une trop belle rencontre, que de bons moments passés ensemble, des gens merveilleux. 

Nous rentrons un peu triste à l’hôtel. Demain on part pour Thakhek !


Lundi 13 Janvier 2020

On se réveille vers 9h pour finir nos affaires et aller petit déjeuner. 

On décide d’aller en face de l’hôtel, au Café France.

On n’a pas mal attendu, et ce n’était pas trop mauvais, mais un peu cher pour ce que c’était. Mon beurre était congelé et j’ai dû expliquer trois fois que je voulais le faire chauffer… on ne peut pas tomber que dans des bonnes adresses.

On a eu peur d’être en retard tellement le service était long (1h pour être servis), on retourne à l’hôtel pour faire le check-out.

Notre pick up était à 11h30 pour un départ à 13h. Le chauffeur était à l’heure et nous avons pu choisir nos places dans le bus ! Ouf ! 

Le bus était énorme, à deux étages, les sièges moyennement conforts et le trajet très remuant, comme à chaque fois en Asie. 

C’est le départ ! Au revoir Vientiane !

One thought on “Vientiane, la capitale oubliée

  1. Leval

    Trop génial ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *