Troisième jour de trek Kalaw-Inle

Jeudi 12 Décembre 2019

Réveil 6h30 pour s’habiller et prendre le petit déjeuner. Des crêpes au miel ainsi que des fruits pour ce matin.
Départ 7h30 pour la dernière journée de marche. Mes pieds me faisaient encore énormément souffrir et j’avais du mal à imaginer de marcher encore cinq heures. Malheureusement pas le choix, il faut bien rentrer.
1h30 de marche avant la première pause, où l’on passe par un petit village avec beaucoup d’animaux. On passe également par une école, où on découvre que les enfants jouent au foot en tongs et jouent à un jeu qui ressemble au jeu du chat, toujours en tongs bien évidemment, et le tout sous le soleil… on se demande comment ils font. Cependant on a découvert qu’ils ont toujours le sourire, ils ont l’air toujours contents.

Nous arrivons au point d’entrée du parc national Inle. Oui nous devons payer 15 000K chacun.

Et puis on suit le grand chemin pour arriver à une sorte de bar restaurant où on prend la première pause. On rachète de l’eau et on achète des Oreo.
Ayant vraiment très mal aux pieds, la guide décide de prendre une aiguille et du coton pour me percer les ampoules qui étaient très grosses.
Ça m’a fait du bien et Rosie m’a donné des pansements à mettre par-dessus, pour éviter que ça n’empire. Le moral est remonté et du coup c’est reparti ! Mais là il fallait marcher trois heures non-stop pour arriver à l’endroit du déjeuner.

On repart et après quelques minutes je me rends compte que je commence à avoir des cloques sur les doigts de pieds et sur les côtés des pieds. Mais je ne sais vraiment pas ce qui s’est passé avec mes chaussures, c’était vraiment affreux.
Du coup on marche à travers des petits sentiers, pas très compliqués pour le moment, puis on finit par longer un magnifique canyon de terre rouge vraiment dépaysant, on avait l’impression d’être sur une autre planète.

On arrive à un moment à un lac complètement rouge, digne de la planète Mars. Un paysage sublime. Après quelques questions à la guide, elle finit par me dire que cet endroit n’est pas connu de tous et que seulement quelques guides y emmènent leurs clients.
On a compris pourquoi un peu plus tard…

Ce paysage se mérite, car pour redescendre dans la vallée il faut parcourir un chemin très sinueux, entre les cailloux, avec à peine assez de place pour poser un pied, et le tout au bord d’un ravin. Alors je ne vous explique pas, entre les ampoules de mes pieds, la fatigue et l’angoisse de la hauteur et du vide à côté de moi, j’ai fini par craquer complètement. C’était vraiment l’enfer pour moi.
J’ai mis énormément de temps à descendre ce chemin, et une fois à mi-chemin la guide m’a dit que les cailloux c’est terminé, qu’à partir de maintenant ce serait un chemin plutôt sympa.

A écouter la guide, tu as vraiment l’impression que tout est très simple, alors qu’en réalité les chemins ne le sont pas du tout. On avait pourtant bien demandé la difficulté de la randonnée avant le départ, et la vendeuse nous avait dit qu’il n’y avait aucune difficulté particulière, le premier jour ça montait un peu et que le reste était facile et en descente.
Bon on repassera….
Après toutes ces émotions, je n’arrivais plus à faire attention aux paysages et je luttais pour continuer de marcher, mes jambes tremblaient, mes pieds me brûlaient et j’étais à deux doigts de tomber par terre.
Je ne sais pas encore combien de temps nous avons du marcher, même si à la fin c’était sur du terrain plat, je titubais et je peinais à avancer.
Nous arrivons enfin à l’endroit du déjeuner et j’étais complètement refermée, je n’avais pas envie de parler, pas envie de sourire, je n’avais qu’une envie c’était de rentrer à l’hôtel pour me reposer.
Après quelques minutes j’ai fini par me détendre un petit peu.
Nous avons pris les dernières photos tous ensemble et puis après il fallait repartir.
Après ce repas nous n’avions plus à marcher, nous allions uniquement prendre un petit bateau, profiter du lac et nous faire ensuite déposer à l’hôtel. Ouf le calvaire est fini.
Tout le groupe avec la guide prend place à bord du bateau, nous sommes assis dans le sens de la largeur du bateau. Le premier a le dos côté gauche, le second côté droit, et ainsi de suite, c’est plutôt drôle.
Le bateau part et là on se rend compte que le lac Inle n’est pas un simple lac, il y a énormément de canaux et d’habitations sur pilotis.
Et oui ici c’est un peu comme à Venise pour se déplacer, il faut prendre le bateau ! Il y a énormément de végétation, et le nombres de petits canaux est impressionnant. C’est très joli et très agréable à regarder.
Nous nous arrêtons une première fois dans une fabrique d’argent véritable (silver Smith), où l’on nous montre comment extraire l’argent de la roche en la faisant fondre. Ensuite ils nous montrent comment ils travaillent cet argent pour en faire des bijoux.
On sent que c’est très très touristique et pas vraiment authentique, ça ne nous a pas spécialement plu, d’autant qu’à côté de l’atelier se dresse une boutique énorme, remplie de bijoux en tout genre.
On doute réellement que tout soit fabriqué dans l’atelier voisin. Je ne suis pas allée voir la boutique et je suis restée dehors, assise sur une marche. De là j’ai pu observer qu’une fois le groupe parti dans la boutique, les personnes travaillant soi-disant sur place ont quitté leur poste pour discuter et rigoler ensemble. Et lorsqu’un nouveau groupe de touristes arrive, ils se remettent tous en place. Ce qui fait planer le doute sur le sérieux de la chose.
Nous remontons dans le bateau, et nous faisons un second arrêt au village des « long cou ».
Pour les avoir vues en Thaïlande, j’étais assez choquée, il n’y avait que deux femmes assises au fond d’une maison, l’une faisant semblant de travailler le tissu avec ses anneaux autour du cou, tandis que la seconde était trop âgée pour faire quoique ce soit, à part être prise en photo.
Au mur il y avait une pancarte qui racontait très rapidement leur histoire, et qui ne coïncide pas du tout avec ce que la guide m’avait expliqué en Thaïlande. Et juste coller à cette maison, on retrouve une énorme boutique qui vend des choses en tout genre (vêtements, bibelots, bijoux, …). Pour le coup c’était vraiment un attrape touristes… nous avons détesté, a tel point que nous n’avons pris aucune photo.
On boit un dernier verre tous ensemble avant de remonter dans la barque pour le prochain arrêt : notre hôtel.
En effet le bateau allait jusqu’à la ville, mais nous avions décidé de nous faire plaisir et de nous prendre une chambre sur pilotis avec vue sur le lac. Le bateau nous dépose, nous disons au revoir à tout le monde et là… que du bonheur !
On découvre ce magnifique hôtel avec une vue dégagée sur le lac. Nous avons le choix de la chambre : deux lits simples avec vue sur le coucher de soleil, ou un lit double mais sans la vue… le choix est vite fait ! On nous emmène à la chambre, on découvre la magnifique vue depuis notre petite terrasse, et surtout on redécouvre le vrai confort : des vraies toilettes, une vraie salle de bain et de bons matelas ! Là c’est le bonheur.
J’enlève mes chaussures et je file sous la douche pour me décrasser un bon coup car cela fait trois jours que nous ne nous sommes pas lavés lol.
Je ressors à l’accueil pour réserver le tour en bateau du lendemain en sachant que le conducteur du bateau du Trek nous avait laissé son numéro pour pouvoir réserver le tour du lendemain. L’hôtel a donc appelé le chauffeur pour nous et a réservé le tour que nous avons payé beaucoup moins cher (25 000K pour le bateau) que si nous étions passés par l’hôtel (~42 000K).
Je retourne à la chambre, on se pose sur la terrasse, dans les transats qui font face au coucher du soleil, petite bière, coca et gâteaux apéro… on profite au maximum de ce moment.
Un magnifique moment passé avec mon chéri, ça fait du bien après ces trois jours très difficiles.
La wi-fi fonctionnait bien mais je n’avais pas spécialement envie de me prendre la tête à trier les photos et à poster sur les réseaux sociaux, du coup j’ai laissé tomber, on a juste prévenu nos parents que tout allait bien et puis nous avons juste profité.

Vers 19h nous sommes allés dîner au restaurant de l’hôtel car à partir de 18h les bateaux ne sont plus autorisés à circuler autour du lac.

Ayant un hôtel sur le lac, nous ne pouvions donc pas bouger, mais ça nous le savions à l’avance et ce n’était pas un soucis. D’autant plus que le restaurant de l’hôtel était délicieux et pas très cher par rapport aux lieux. C’était vraiment très bon et très agréable.
Nous sommes rentrés nous coucher et nous ne sommes pas fait prier pour nous endormir.

Il n’y a rien à dire, le confort c’est vraiment vraiment bien ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *