Kjeragbolten Hike, ou la rando de l’enfer…

Mercredi 26 août 2020

Aujourd’hui première randonnée en Norvège, et pas des moindres, c’est une des plus difficile (pour moi) car elle est réputée compliquée par son « escalade » et sa hauteur.

Donc le réveil sonne à 6h du matin. Dur dur, je le refais sonner.

On a bien dormi et j’ai réussi à me réchauffer sans entrer dans le duvet mdr.

Il commence à pleuvoir c’est la merde… cette rando est impossible si il pleut.

On s’habille, on prépare les sandwichs, et direction le parking de la randonnée.

Il coute 300 NOK.

On paye et le gars nous informe que la pluie ne dure que deux heures, et en très petite quantité, après il devrait y avoir du soleil. Par contre il nous dit que le vent se calmera seulement aux alentours de midi.

On décide de faire confiance au gardien du parking, donc malgré la bruine et le vent, on est parti et on croise les doigts.

En effet, comme lu, la montée est rapidement très raide, on est sur de la roche, et il y a des chaînes pour s’aider et ne pas glisser. En montant, ça glisse légèrement mais ça va. Je ne me rends pas compte de la pente, on grimpe plutôt vite sans trop se poser de questions. Il ne fait pas super chaud à cause du vent.

Puis après la grosse grimpette, le chemin semble plus simple, petites marches naturelles, on monte, on descend, les pentes sont moins raides.

Un peu avant la moitié du chemin, une autre grosse montée, plus raide et plus difficile que la première, mais plus courte. Je n’étais pas préparée à ça, je pensais qu’il n’y avait qu’une seule montée difficile.

Bon on n’a pas le choix, donc on grimpe, toujours sous la bruine.

En haut de la montée on arrive sur une sorte de plateau, ça a l’air assez facile, il suffit de suivre le marquage. Comme le gardien du parking nous avait dit, la pluie s’arrête, c’est tout de suite plus agréable.

On doit redescendre un peu pour aller voir le fameux rocher coincé entre deux autres rochers.

On descend et là, on la voit avec la magnifique vue qui va avec.

On aura mis quasiment 4h pour l’atteindre…

On continue pour aller vers la falaise et avoir une vue dégagée sur le fjord. On en profite pour faire quelques photos. Ensuite on retourne vers le fameux rocher pour le prendre en photo. J’arrive et je vois Lionel assis juste à côté du rocher… j’ai peur qu’il aille dessus, je lui demande de ne pas le faire… mais il ne comptait pas y aller, il faut dire que c’est assez impressionnant, le rocher est suspendu au-dessus du vide, avec aucun moyen de se tenir… donc la moindre perte d’équilibre, et tu fais un joli plongeon de plusieurs centaines de mètres…

On déjeune vite fait car il y a le retour, et c’est ça qui risque de poser le plus de soucis… comme souvent en randonnée, je suis plus lente en descente, et vue la descente… ça ne sera pas simple. En plus il y a beaucoup de vent, donc on ne va pas traîner.

La descente… que dire à part : l’enfer !

Heureusement il ne pleuvait plus depuis quelques heures, et grâce au vent les rochers étaient bien moins glissants, mais bon c’était très très raide, et avec mon vertige et le vide proche, c’était l’angoisse !!! Je pense que c’est le pire moment de ma vie, j’ai cru ne jamais y arriver…

Je descendais en arrière aux endroit des chaînes, en mode rappel… mais franchement, ce n’était pas simple du tout. J’ai pas mal pleuré de peur, j’ai eu le cœur qui a battu à mille très longtemps, et j’étais entièrement crispée.

Évidemment je me suis rétamé une fois car on arrivait à un petit passage très glissant… Je ne me suis pas loupée…

Mais avec la peur, pas le temps de sentir la douleur .

On a monté et descendu ça !!!!!!! Sur la crête !!!!

On a mit environ 4h30 à redescendre, ce n’est pas si mal, mais bon normalement les gens mettent 5h30 en tout, on en est bien loin.

C’était vraiment compliqué pour moi cette randonnée, pas tant fatigant, mais surtout angoissant. J’espère qu’elles ne sont pas toutes comme ça ici, mais normalement celle-ci était la plus impressionnante et la plus rude.

Cette rando fait 10 km aller-retour, avec 700m de dénivelé, et se fait en 5h30 par temps sec. Elle est classée difficile.

Nous sommes allés rapidement boire un verre au restaurant du Kjerag avec la belle vue sur les montagnes.

Et puis on est rentré et on a retrouvé notre super Vikiwing, on est retourné au même endroit que la veille pour la nuit, face à la cascade.

On a tenté de prendre une douche mais le chauffe-eau ne fonctionne pas mdr donc douche froide, mais supportable quand même. L’eau était sans doute meilleure que l’eau de la cascade.

Puis on a pris l’apéro, en se remémorant la journée et en parlant du programme des prochains jours, avant de se mettre à table.

On est allé au dodo pas trop tard vu l’état de fatigue…


Jeudi 27 août 2020

On se réveille tôt pour descendre à Lysebotn pour essayer de prendre le ferry qui traverse tout le Lysefjord.

Une fois arrivés à l’embarcadère, on se rend compte que le bureau d’information est fermé, on fait un peu le tour du coin, mais on ne trouve pas d’endroit pour acheter des billets pour le ferry.

On va dans une boutique qui est ouverte, on demande au gars qui est derrière le comptoir des infos sur les ferries, il nous fait comprendre qu’il n’a rien à voir avec ça.

Donc on cherche sur internet, on se rend compte qu’il n’y a que très peu de ferries qui font la traversée. Il y en a 2 par jour, un à 7h10 et l’autre aux alentours de 15h. On remarque rapidement qu’il n’y a plus de billets disponibles pour le ferry de cet après-midi, ni pour celui de demain matin.

Il fallait donc réserver le trajet plusieurs jours à l’avance… donc malheureusement on va devoir passer par la route pour aller à notre prochaine destination. On sera plus attentif et on se renseignera mieux la prochaine fois qu’on voudra prendre un ferry touristique.

Du coup on part, on a environ 3h de route.

En chemin on s’arrête pour refaire des courses et faire le plein d’essence. On trouve à nouveau un lac pour s’arrêter manger. Il y a une table de pique-nique avec vue sur le lac, parfait pour manger notre petite salade maison ?

On reprend la route jusqu’au camping qui se trouve au pied du Preikestolen, notre prochaine randonnée. On a pris un camping pour avoir accès à l’électricité, histoire que Lio puisse utiliser l’ordinateur pour traiter les photos. Oui, car quand le van est arrêté, la seconde batterie permet d’avoir de la lumière dans le van, mais il n’est pas possible d’avoir du 230V pour recharger l’ordinateur. Donc de temps en temps on ira dans des campings, et ça permet aussi de vider les eaux grises et de refaire le plein d’eau fraîche.

Le camping est sympa, il est très grand et presque vide.

On se trouve une petit place très chouette et puis on bosse chacun de notre côté.

Repas du soir, pâtes à la viande hachée, oignons et poivrons… miaaaam !

Puis dodo de bonne heure pour être en forme (en passant par des étirements et massages des jambes pour moins souffrir le lendemain).

Ps : Hello énorme bleu de la veille !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *