Boucle de Ha Giang, 3 jours en moto dans le nord du Vietnam

Samedi 07 mars 2020

La nuit a été super courte !!!! 

Debout à 6h

Notre transport est à l’heure, et surprise, à la place d’un sleeping bus nous avons le droit à un mini van hyper luxe.

On s’installe et c’est parti pour 5h.

Le chauffeur conduit bien, mais ça tourne, alors je finis un peu malade lol.

Il nous dépose devant notre hébergement, le Giang Son Homestay.

Ça ressemble plus à une guest house qu’à une homestay.

La gérante nous accueille et puis nous installe dans notre chambre.

Elle nous donne la chambre 7, elle repasse une minute plus tard pour mettre les clés dans le système pour activité l’électricité. Mais on se rend compte que sur cette clé, il écrit chambre 8, on essaye donc la clé pour fermer notre chambre, et bien évidemment ça ne fonctionne pas ! Lio part à la recherche de la gérante, mais impossible de mettre la main dessus. Après plus de 10 minutes, on finit par la retrouver. Elle nous explique alors que le client précédent est parti avec la clé, donc elle ne peut pas nous la donner.

Logiquement on demande à changer de chambre, car on aimerait aller manger, mais nous n’avons pas trop envie de laisser notre chambre en libre accès, même si la guest house semble déserte. Elle nous donne alors la chambre 6, on va la visiter et on se rend compte que les toilettes sont collées au mur, on ne peut même pas s’asseoir correctement dessus, on demande donc une autre chambre.

Les autres sont très bien, sauf que la gérante nous explique qu’il y a un souci au niveau des toilettes dans les autres chambres. Donc elle nous propose de changer de chambre après être allé manger, comme ça ils ont le temps de réparer le problème. Du coup on laisse nos affaires dans la chambre 6 et on part manger.

J’ai repéré un petit restaurant sur Trip, alors go.

On arrive, il en hauteur et c’est très mignon. Les prix ne sont pas donnés, mais on craque pour une pizza, c’était délicieux.

Dans le mini van qui nous a conduit ici, on avait eu un papier avec de la pub pour Mama’s Homestay, qui entre autre propose de la location de scooters, avec des prix attractifs. On décide d’aller y faire un tour.

Le gérant est adorable et parle bien anglais. On prend donc la moto avec lui. Les prix sont imbattables, 100 000 VND la journée (soit 4€). On le sent bien réglo, donc on ne se pose aucunes questions. En plus il ne nous fait pas payer une journée supplémentaire si on prend le scooter immédiatement, c’est tout bénef.

Il propose aussi un repas familial le soir, donc on réserve.

On retourne à la chambre de notre guest, la nouvelle n’est pas prête. Donc on part dans la ville avec le scooter pour voir si on peut prolonger le forfait de téléphone qui doit s’arrêter bientôt. Au final, on apprend qu’il s’arrête à un jour du départ, donc on s’en fiche et on repart, on en profite pour faire le plein du scooter.

En revenant, la chambre n’est toujours pas disponible. Alors on attend dans les canapés à côté de l’accueil. Après une demie heure, on va demander à la femme de l’accueil si c’est bon… au final elle nous avait oubliés, donc la chambre est prête, mais elle a oublié de nous le préciser. Elle nous donne les clefs de la nouvelle chambre et on s’installe.

Les chambres sont biens et pas chères, mais étant les seuls clients, il a fallu jouer à cache-cache avec la dame un bon moment. Comme si elle nous fuyait lol.

Bon on s’installe et on travaille.

Le soir on a rendez-vous à 18h pour le « family diner », lorsqu’on arrive, on découvre beaucoup de scooters, ils viennent de finir la boucle. Problème, les gens qui viennent de finir la boucle ne sont que des backpackeurs teufeurs… tout ce qu’on adore !

Ça n’empêche pas que le repas était bon et les hôtes agréables.

On passera sur la politesse des gens présents (une des nanas a demandé si elle pouvait s’asseoir avec son copain aux places libres à côté de nous, donc évidemment on a dit oui… mais au final elle nous a carrément poussés pour qu’on se décale).

Bref, nous rentrons nous coucher. Le lendemain départ pour la boucle prévue en 4 jours.


Dimanche 8 mars 2020

Debout vers 7h30, direction le loueur pour déposer nos gros sacs.

Et c’est partiiiiii !!! Trop heureux de faire cette boucle.

Le loueur donne des conseils pour les arrêts, mais nous avions déjà notre idée du tour. Aujourd’hui, 150 km direction Dong Van.

Nous passons par le Dong Van Karst Plateau (rizières en terrasse classées au patrimoine mondial de l’Unesco).

C’est très joli.

Pour le moment c’est couvert, mais ça devrait se dégager au fil de la journée.

Puis on passe par Quan Ba, la fameuse vue de la photo publicitaire de la boucle.

Le chemin est joli.

Ensuite on traverse Tam Son. 

On arrive à une intersection où les deux directions sont affichées pour Yen Minh, le prochain point de passage.

On hésite, on finit par prendre l’itinéraire du GPS, qui est la route la plus longue.

On longe une rivière, et sur la route on a des points de vue vraiment jolis.

Le paysage est vraiment magnifique.

Lionel nous déniche des superbes points de vues !

Une fois arrivé à Yen Minh, on décide de continuer, un peu plus loin on s’arrête au bord de la route pour manger dans un boui-boui… ce n’était pas bon du tout MDR. Mais avec une jolie vue !

A ce moment-là, on regarde des infos sur la boucle et on se rend compte qu’il faut un permis pour passer la route du nord.

A aucun moment on nous en a parlé, seul le guide papier l’évoque, mais sans précisions (informant que ce papier est obligatoire pour séjourner à Dong Van et Meo Vac, et que les hôtels nous aideront à l’obtenir)… Bon, on verra bien.

On repart et la route est magnifique. De très beaux paysages encore. On est chanceux car la météo est avec nous.

Un ciel sans nuages et une grosse chaleur mdr, on nous avait dit qu’il faisait froid dans cette région, si on avait su…

Il est environs 17h30 quand nous arrivons à Dong Van.

Nous n’avions rien réservé pour nous laisser de la liberté.

Nous allons voir la guest house conseillée par le loueur de moto, mais une fois sur place les chambres privées étaient toutes prises, il ne reste que les dortoirs.

Nous décidons donc de remonter un peu plus haut car sur le chemin nous avions vu une homestay plutôt sympathique.

On arrive et le gérant est très agréable et souriant, Lionel monte pour voir les chambres. Malheureusement elles étaient toutes petites, c’était comme des dortoirs séparés par des planches, et pour le coup je n’avais pas très envie de me passer de confort.

J’ouvre Booking et je regarde un peu ce qu’il y a de disponible, je repère un hôtel sympa et pas trop cher, du coup nous redescendons pour aller voir.

On a le droit de visiter la chambre et celle-ci nous convient, le prix est abordable et les gérants sont vraiment très gentils.

Jusqu’à présent nous n’avions pas vraiment parlé sur le blog du Coronavirus, car nous n’avions jamais été embêtés avec cela auparavant. C’était même vraiment chouette, car nous étions seuls sur les lieux les plus touristiques.

Cependant, dans cette région du pays la tension est un peu plus palpable, d’autant que tout s’est accéléré depuis aujourd’hui.

La dame de l’accueil de l’hôtel servait une cliente avant nous, elle était italienne, du coup la dame ne voulait pas lui donner de chambre, à cause de ce qui se passe en Italie.

La cliente a dû prouver qu’elle était sur le territoire avant le listing des pays.

On a trouvé ça étrange, quand bien même un hôtelier avait fait la même chose à Cat Ba avec un asiatique.

Nous remontons déposer nos affaires, quelques minutes après, une fois que Lionel a repéré un restaurant pour dîner nous ressortons pour remplir notre ventre, vu que le midi nous n’avions pas mangé grand-chose au final.

Le restaurant qu’il a déniché est le meilleur de TripAdvisor, et il est coup de cœur dans le guide, donc on se dit qu’on va vraiment bien manger.

Avec la faim insistante, nous décidons de prendre des spaghettis bolognaise.

Mais celles-ci n’étaient pas vraiment bonnes.

Dommage on mangera mieux une autre fois.

Nous rentrons à la chambre et décidons de regarder un peu les actualités.

Et là nous découvrons que la situation a énormément évolué au Vietnam.

Beaucoup de voyageurs témoignent et disent être mis en quarantaine dans des hôtels dans certaines villes que nous avons déjà visitées.

L’île de Cat Ba est fermée au public jusqu’à nouvel ordre.

Les gens se font refuser aux frontières et les visas sont arrêtés.

Du coup ça m’a foutu vraiment le cafard, Lionel a essayé de me réconforter comme il a pu, mais avec la fatigue ce n’était pas évident.

On s’endort en se disant que le lendemain sera meilleur.


Lundi 09 Mars 2020

Le réveil sonne vers 8h, j’ouvre les rideaux et découvre une jolie vue sur les rochers et les rizières.

Aujourd’hui devait être une petite journée, mais finalement vue la météo, nous avons préféré faire une plus grosse partie du chemin pour profiter du paysage avec le meilleur temps possible.

Du coup aujourd’hui ce sera trajet Dong Van – Du Gia… 100 km environ.

La route entre Dong Van et Meo Vac (25 km) est vraiment magnifique.  Elle vaut le détour.

Nous nous arrêtons encore plus que la veille, presque toutes les 10 minutes.

Arrivé à un moment, on voit un chemin qui remonte dans la montagne, et beaucoup de gens l’emprunte. On se pose alors la question de savoir où il mène, et après beaucoup d’hésitations, nous décidons de le prendre.

Le chemin n’est pas très large au début, on peut quand même se croiser en moto… en revanche la deuxième partie du chemin est beaucoup plus étroit, et à flanc de falaise… à moto ce n’est vraiment pas évident de l’emprunter, moi derrière je suis paniquée, mais Lionel reste serein.

Une fois arrivés en haut, nous avons le droit à une très jolie vue, mais aussi énormément de monde, entassé avec leur scooter sans vraiment pouvoir faire demi-tour.

Le chemin continue et on peut l’emprunter jusqu’au bout, cependant il est très périlleux et nous ne sentons pas capables de continuer.

Du coup on décide de faire demi-tour. Pour la redescente, je laisse Lionel tout seul sur le scooter, et moi je fais le chemin à pied, j’avais beaucoup trop peur pour rester derrière.

Cette partie de la boucle est réellement magnifique, en effet, une fois de retour sur la route principale, on a continué à faire de nombreux arrêts pour prendre des photos.

Le paysage est magnifique, en revanche là où je suis un peu déçue, c’est que pour le moment les locaux que nous avons croisés ne sont pas souriants, ni très agréables, à part les hôteliers.

Une fois arrivés à Meo Vac, on décide de faire une petite pause pour reprendre des forces dans un petit restaurant. Ce n’était pas bon lol

Après la ville, nous continuons notre chemin et traversons des cols, nous nous arrêtons prendre les travailleurs en photo, qui sont habillés en costume traditionnel, et les échanges avec eux se font naturellement. Ils sont beaucoup plus souriants et beaucoup plus avenants, malgré leur timidité.

Le soleil commence à se coucher, et les lumières sont magnifiques, les rochers ressortent et les rizières aussi, on assiste à un spectacle magnifique.

Beaucoup d’enfants nous disent bonjour sur le chemin, c’est super agréable.

Nous arrivons au village de Du Gia. A peine arrivé à l’entrée de la ville, sur la gauche de la route il y a une guest house. Le gérant nous aborde et nous propose de voir dedans.

Je visite et le prix est vraiment pas cher du tout, c’est hallucinant.

On accepte d’y séjourner.

Quelques instants après qu’on ait garé le scooter, un militaire apparaît sur la route et la bloque avec une grosse voiture. Il arrête trois personnes qui sont arrivées juste après nous, il les fait se garer sur un parking et leur demande d’où ils viennent.

Le temps qu’ils comprennent, le gérant de notre guest est allé les aider.

Ils ont pu repartir tranquillement car ils étaient américains.

On apprend ensuite qu’étonnement, il n’y a pas d’électricité dans tout le village.

Le gérant nous dit que la police a dit que ça pouvait prendre du temps pour que le problème soit réglé… étrange.

On s’installe et on part se balader, on va prendre un verre dans une autre guest qui avait un jardin.

On discute avec un français, qui nous raconte qu’il discute par message avec un pote à lui qui est actuellement dans un poste de police pour contrôler sa nationalité.

Ça commence à se tendre au Vietnam…

On finit par rentrer, toujours pas d’électricité, du coup on pensait que la douche ne fonctionnait pas. Et le gérant nous dit qu’il y a de l’eau chaude dans une des salles de bain. Du coup douche à la frontale, c’était marrant.

On attend ensuite le repas du soir dans le canapé, coupé du monde extérieur.

Après quelques minutes, des dizaines de scooter arrivent, les uns après les autres… très étrange…

On apprend qu’en fait un barrage militaire a été mis en place sur la route, quelques kilomètres avant le village. Les militaires ont vérifié la température et la nationalité des gens.

Le gérant nous dit qu’un groupe de 20 personnes s’est fait transférer de Du Gia à l’hôpital le plus proche quelques heures avant.

Pas rassurant…

On commence un peu à stresser de se retrouver au mauvais endroit au mauvais moment.

Du coup on se demande si on ne va pas raccourcir la boucle.

Une fois que les nouvelles personnes sont arrivées dans le village, le courant est revenu !! Coïncidence ?

On ne le saura jamais, mais les doutes planes.

On va manger et on rencontre une française, un suisse, deux allemands, deux argentins, un chilien, et un liechtensteinois.

Le repas est agréable, on parle tous ensemble.

On reste jusqu’à 23h, et on se couche.

Dans le lit on décide d’écourter le séjour ici pour ne pas prendre de risques. De 4 jours on passerait à 3.

Je réserve un hôtel proche de l’aéroport pour être tranquille.

Et on se couche, assez inquiet.


Mardi 10 Mars 2020

Je n’ai pas beaucoup dormi… entre les ronflements des autres et le stress…

A 7h30 je vais aux toilettes, et personne n’est encore debout, c’était étrange.

Les rideaux de fer sont encore fermés…

Le gérant me voit et du coup il va les ouvrir… ouf !

On range nos affaires et on s’en va.

On fera du coup Du Gia – Ha Giang d’une traite.

Évidemment, on demande au loueur si on peut être remboursé vu qu’on va rentrer plus tôt que prévu, il accepte gentiment.

C’est reparti. Aujourd’hui il ne fait pas super beau, c’est couvert…

Après quelques minutes on met les ponchos car il y a des gouttes. On les a enlevés après car finalement ce n’était que quelques gouttes.

Le paysage est très joli et encore différent de ce qu’on a vu jusqu’à présent. On traverse la vallée et on adore.

On déjeune au niveau du pont de bifurcation après Tam Son.

Un bon curry !!!! Miam

On s’est reposé un peu et on a eu du mal à repartir.

Après la pause, le chemin était bien moins intéressant car on l’avait déjà fait à l’aller.

*le fameux panneau avec les deux même directions.

On s’est arrêté un peu à quelques endroits, mais on a fait beaucoup moins de pause qu’à l’aller.

Du coup à 16h on était rentré.

Le gérant nous rembourse, on rend le scooter, et on refait nos sacs.

On nous a proposé de prendre le bus de 16h, mais ça nous faisait nous presser, donc on a refusé.

On garde celui de 19h.

On boit un verre et on se repose un peu.

18h le repas, très bon, comme la première fois.

Puis 19h30 le minibus arrive.

Par chance, malgré qu’on soit les derniers à monter dans le minibus, on a eu les places qui sont vers l’avant… cool !!!

Le transport est long mais se passe bien.

Je n’ai pas pu charger mon portable dans le bus, j’ai essayé de le brancher sur la prise usb qui était à coté de mon siège, mais ça ne fonctionnait pas… du coup rapidement plus de batterie.

On arrive vers notre hôtel à 00h30.

Le bus nous a déposés à 5 minutes à pied.

On arrive et on récupère notre chambre. Très grande et très confortable, cooool.

On va se coucher et je branche mon téléphone.

Surprise, ça ne fonctionne pas !!!!! Là c’est l’horreur… je n’ai sauvegardé aucunes photos du téléphone depuis la Birmanie. C’est l’enfer… J’essaye toutes les prises, tous les chargeurs, mais rien n’y fait… le téléphone ne veut pas se charger, il doit avoir un problème. Je pleure un moment…

On regarde pour un réparateur, vu qu’on reste ici deux jours.

Évidement c’est dans le centre de Hanoi, donc tant pis, demain on prendra un taxi pour aller au réparateur.

Je m’endors tard, et difficilement… trop angoissée de ne pas les récupérer.

La nuit a été très courte.

 

One thought on “Boucle de Ha Giang, 3 jours en moto dans le nord du Vietnam

  1. caroline

    Très jolis paysages, le temps humide et chaud permet de faire pousser facilement, faut pas non plus oublier le travail humain pour conserver ces cultures en escaliers, qui sculptent les paysages,les gens du Crus sont beaux souvent, moi j’adore leurs costumes noirs avec les bordures de couleurs, faudrait qu’un jour je parte moi aussi voir ça de près, bon confinement a bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *